Muriel Corradini
Professeur de chant à Paris 11

Interview

Petites notes sur le chant

Interview par Naomi Cordiez-Sedivy – Juin 2020

Comment donner un bon cours de chant à tes yeux ?

Quand on enseigne le chant, quel que soit le niveau, il est essentiel de partir de là où en est l’élève. Appliquer de façon indifférenciée une méthode sur les élèves ne mène pas très loin à mon sens. Il y a des personnes qui ont fait 3 ans de chant et elles arrivent à mon cours avec, par exemple une compréhension intellectuelle de la respiration du chanteur, mais sans en avoir fait véritablement l’expérience et du coup elles ne sentent pas vraiment la relation entre la voix et le souffle. Un autre exemple : j’ai un élève amateur qui a du mal à chanter les notes justes, et je me suis rendu compte qu'il n'était pas productif de lui expliquer la hauteur des notes. C'est en sentant les vibrations de son corps qu'il chante juste. 

Et donc, dans la pratique, il faut que les cours soient liés à qui est l’élève et à la façon dont il perçoit les choses, pour qu’il progresse. Il y a des élèves qui apprennent à l’oreille, d’autres plutôt par le corps ou d’autres qui ont déjà un bagage musical et vocal et avec qui on affine les choses. Il me semble que pour les chanteurs amateurs, la première question est : « comment chanter ce que j’aime sans me fatiguer vocalement et avec plaisir » ! Même avec les chanteurs professionnels de l’opéra, j’ai à cœur de rester au plus près de ce qu’ils sentent. C’est un travail d’écoute passionnant !

Justement, apprendre à chanter de l’opéra n’est pas banal, comment apprend-t-on ?

A l’opéra, je travaille avec les jeunes chanteurs professionnels, je leur fais répéter leurs rôles. Mon approche, c’est le lien entre la voix chantée, le texte et la musique et comment réussir à harmoniser les trois.

En fait, les cours s’ajustent aux besoins de l’élève. Par exemple, avec certains chanteurs, je travaille sur le lien entre la voix chantée et l’articulation du texte, afin de ne pas crisper la gorge ou les mâchoires. Tandis que pour un autre élève, ce sera plutôt le style musical qui va être retravaillé, affiné, précisé. On ne chante pas Verdi comme on chante Mozart.

Pour les chanteurs amateurs, je privilégie plutôt les mélodies, les Lieder ou l’oratorio, car l’opéra est un répertoire hors norme qui est très exigeant physiquement et il faut avoir le temps de s’entraîner, ce qui n’est pas toujours possible pour les chanteurs dont ce n’est pas le métier. Lorsqu’un chanteur amateur a déjà un certain niveau, on peut travailler le répertoire lyrique qui lui convient.

Un amateur, qui ne connaît rien à la musique, au solfège, peut-il aussi faire du chant classique?

Oui naturellement ! Je donne des cours à des professionnels, mais aussi à des amateurs et même des personnes tout à fait débutantes ! Dans mon studio privé, dans le 11ème arrondissement de Paris, je reçois des débutants et nous voyons ensemble comment trouver le lien entre leur voix et leur corps. Cela demande un engagement de toute la personne, car si on chante avec nos seules petites cordes vocales, on se fatigue très vite. On avance pas à pas et les chanteurs apprennent à se relier à leur voix, à la musique, à tout leur être. Et même quand on n’y connait rien, il y a de très jolies mélodies classiques simples que l’on peut apprendre sans avoir de connaissances vocales ou musicales.

Et tu acceptes d’enseigner d’autres répertoires que l’opéra ou le classique ?

Oui, bien sûr ! Certains chanteurs qui viennent dans mon studio sont intéressés par le jazz, la variété française ou la musique pop. Je reçois souvent des chanteuses de jazz ou pop amateurs ou professionnelles qui ont des difficultés vocales, car elles n’ont pas assez de technique vocale et on cherche ensemble comment retrouver un chemin vocal plus sain. J’organise aussi des soirées musicales, en petit comité, où mes élèves vont chanter en solo, en duo, en trio. Cela peut être une belle occasion pour découvrir un nouveau répertoire. C’est l’idéal pour apprendre à écouter l’autre, apprendre à chanter ensemble et à chanter en public, être dans le partage.

Et toi, pourquoi avoir choisi de te spécialiser dans l’enseignement du chant classique ?

J’ai toujours été attirée par la musique et sur les conseils d’une amie, je suis rentrée dans une chorale classique à 17/18 ans. Et là, je me suis laissée emporter par la musique littéralement. On m’a dit que ma voix était intéressante. L’intérêt pour le chant se transforme en vocation, et me voilà « première » nommée au concours d’entrée du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, en classe de chant. Tout est allé si vite… ! Et puis, j’obtiens une bourse d’études pour les Etats-Unis, pour étudier le chant au New England Conservatory à Boston.

Pendant mes études, souvent les chanteurs venaient naturellement vers moi pour me demander des conseils et je sentais que j’avais en moi plus le désir de transmettre que d’être sur scène. Alors j’ai décidé de devenir répétitrice vocale et linguistique pour le répertoire de l’Opéra notamment, car les théâtres lyriques engagent des coachs vocaux et linguistiques pour faire répéter les chanteurs. Et l’opéra, c’est un univers vaste et passionnant, même si j’adore aussi les mélodies et les Lieder !


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion