Muriel Corradini
Professeur de chant à Paris 11

Le soutien

Petites notes sur le chant

Qu’est ce que le soutien ?

Joyce di Donato

On a souvent des idées préconçues sur ce qu’il faudrait faire pour soutenir sa voix. On va sciemment mobiliser tel ou tel muscle. A un niveau avancé, ceci peut être tout à fait pertinent, mais la plupart du temps, on impose une activité musculaire au corps qui n’est pas forcément adaptée.

J’essaie plutôt d’aider le chanteur à trouver un meilleur alignement et une inspiration souple en détendant l’abdomen et je l’encourage, au commencement du son à garder une bonne posture sans crispation musculaire pour que le soutien s’active de lui-même de façon non fabriquée. On pourrait dire qu’il y a un laisser-faire au coeur du geste vocal juste, une confiance en son corps.

La mezzo soprano Joyce di Donato dit : « Soutenir le son commence par laisser le souffle faire son travail » et je trouve cette phrase très vraie.

Un bon soutien permet sans trop d’efforts, que le souffle sous pression grâce à une activité musculaire adaptée, monte le long de la colonne d’air et « pousse » contre les cordes vocales jointes. Les cordes vocales laissent échapper un peu d’air et entrent en vibration. Ce 1er son se transforme en une onde sonore qui s’infiltre dans les cavités de résonance pour l’amplifier.
 

L’essentiel du travail vocal consiste à rendre de plus en plus efficient l’équilibre entre l’expiration (souffle-soutien), la phonation et l’articulation du son.

J’ai très souvent remarqué que lorsqu’on n’impose pas une conception mentale au corps sur ce que devrait être le soutien et qu’on laisse le corps s’organiser en y portant une attention délicate et précise, on découvre que les muscles du soutien s’éveillent progressivement, au fur et à mesure que le corps gagne en tonicité et en souplesse ! 


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion